Spring School 2019

 

Faire ressortir, suivre à pied, concevoir, planifier, cartographier, marquer, tracer, méditer, délimiter, enquêter, chercher, découvrir, expérimenter, poursuivre… Ces racines étymologiques et ces parcours de création de traces remettent en question la manière dont nous réfléchissons aux marques performatives pérennes, et se frayent un chemin dans nos domaines respectifs que sont les arts, les sciences humaines et les sciences sociales. Cette année, nous aimerions vous inviter à vous inscrire à notre deuxième École doctorale de printemps Arts in the Alps, « MAKING MARKS, LA FABRIQUE SENSIBLE DES TRACES », qui traitera des traces matérialisées par une recherche axée sur la pratique. L’École de printemps Arts in the Alps 2019 aura lieu du 17 au 22 juin et réunira une communauté dynamique de chercheurs et d’artistes, des sciences humaines et sociales (ou de l’art, de la danse, de la géographie, de l’informatique, de la performance et du son), pour explorer et expérimenter comment le sensoriel devient matériel dans un contexte de recherche basée sur la pratique. Les efforts engagés pour fabriquer des traces invitent à un examen approfondi de la pensée matérielle et incarnée que sous-tend la recherche basée sur la pratique. Au cours de cet événement d’une semaine, notre objectif est de mettre l’accent sur la manière dont les traces matérielles sont créées, à travers et pour la recherche artistique, et peuvent à leur tour être partagées entre les communautés.

Télécharger l’appel à candidature

Thématique

L’édition 2019 pose un cadre scientifique précis, dont les objectifs sont :

  • d’interroger la pensée matérielle, située incarnée qui sous-tend la recherche basée sur la pratique ;
  • de mettre l’accent sur la manière dont les traces matérielles sont créées, à travers et pour la recherche artistique ;
  • de déterminer comment de telles traces (artefacts) peuvent être partagées entre les communautés du monde de la recherche.

Les artistes et chercheurs travailleront aux croisements de leurs méthodes et de leur rapport à la matérialité en s’interrogeant sur différentes questions lors d’ateliers et de séminaires :

  • Comment la matérialité d’une pratique artistique peut-elle être utilisée comme outil réflexif ?
  • Comment la physicalité et les artefacts de la recherche créative peuvent-ils résonner au-delà du moment performatif de la création et de la représentation artistiques (cela est particulièrement pertinent pour l’étude historique de la performance) ?
  • Comment les traces perceptuelles peuvent-elles être transférées d’un domaine sensoriel à un autre (par exemple, du visuel au son, du geste au texte) ?

Organisation de la semaine

Durant ces six jours d’école doctorale intensive, les participants auront la possibilité de participer à différents ateliers et séminaires. Ceux-ci comprennent des ateliers sur le mouvement, l’écriture créative, la cartographie et la performance animés par un groupe international de chercheurs et d’artistes. La semaine comprendra des visites de paysages culturels et naturels dans les Alpes.

Cette année, l’événement aura lieu à la Maison de la création et de l’innovation (MACI), notre nouveau bâtiment situé sur le campus principal de l’Université Grenoble Alpes, ainsi que sur quelques sites alpins environnants. Notre nouvelle installation, la MACI, dispose d’espaces spécialisés pour la réalisation et la documentation de recherches fondées sur la pratique et vise à soutenir la manière dont les arts, les sciences humaines et les sciences sociales produisent des recherches en matière de processus et de produits.

Télécharger le programme détaillé

Pour plus d’informations, veuillez contacter : sf-recherche-creation@univ-grenoble-alpes.fr 

Comité de pilotage

Encadrants de l’école : Anne-Laure Amilhat Szary (géographe, PACTE, UGA), Elizabeth Claire (historienne, EHESS, CNRS), Anne Dalmasso (historienne, LARHRA, UGA), Andrea Giomi (Post-doctorant et musicien, Performance Laboratory, UGA), Catherine Hänni (biologiste, LECA,CNRS/UGA), Jen Harvie (Théâtre et performance, Université Queen Mary de Londres), Inge Linder-Gaillard (historienne en art et architecture, École Supérieure d’Art et de Design, Grenoble), Lionel Reveret (technologies et services de l’information, INRIA), Gretchen Schiller (chorégraphe, Litt&Arts, UGA), et Jean-Paul Thibaud (sociologue, UMR AAU équipe Cresson, ENSAG).

Encadrants de l’école

Anne-Laure Amilhat Szary (géographe, PACTE, UGA), Elizabeth Claire (historienne, EHESS, CNRS), Anne Dalmasso (historienne, LARHRA, UGA), Laurent Gagnol (géographe, Université d’Artois), Catherine Hänni (biologiste, LECA, CNRS/UGA), Jen Harvie (chercheuse en théâtre et performance, Université Queen Mary de Londres), Leslie Hill (CURIOUS, Université de Roeahampton, UK), François Laplantine (anthropologue, Université Lyon 2), Laura Levin (chercheuse en performance et artiste, Université York, Canada), Coralie Mounet (géographe, PACTE, CNRS Grenoble), Helen Paris (CURIOUS, UK, Université de Stanford, USA), Stéphanie Pons (danseuse, ADM mouvement), Philippe Rekacewicz (géographe, cartographe, PNUE), Lionel Reveret (technologies et services de l’information, INRIA), Gretchen Schiller (chorégraphe, Litt&Arts, UGA)

Équipe administrative et technique

Nataliya Grulois, Martine Fontaine, Virginie Meunier, Michel Morin, Vincent Maillard.